Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Les Grands Ducs | September 23, 2019

Scroll to top

Top

8 Comments

L'Escarbille

L'Escarbille

C’est franchement bête. Ou alors c’est pure fainéantise, je ne sais pas. Toujours est-il que se dressent aux alentours de Paris tous les midi et tous les soirs des tables passionnantes et nous, obnubilés par l’intra-muros, les yeux fixés sur le dernier bourgeon à la mode, le tropisme rive gauche en œillère, nous les dédaignons. A tort. Prenez l’Escarbille, à Meudon. Vingt minutes de voiture à peine, juste le temps de s’ouvrir l’appétit et de sentir, avec la distance et les arbres, la soirée se transformer peu à peu en escapade, comme un morceau de week-end collé en pleine semaine. Un joli petit bout de bonheur à porté de pneu, sous les lanternes et dans un antique buffet de gare remis d’aplomb.

De l’aplomb, la cuisine de Régis Douysset n’en manque pas non plus. Elle se glisse dans les pliures de l’époque sans sacrifier à l’air du temps, elle ravive les couleurs du répertoire d’un bain de modernité maline, comme avec ses « Gnocchis de pomme de terre, ragoût de coquillage et oursins », entre ciel et mer, nuages et embruns iodés ou ce « Turbot rôti, endives caramélisées, crème légère à la citronnelle », d’une douceur tiède épatante. Et quand on a fait quelques kilomètres, on n’a pas envie d’expédients, on prend son temps. Celui-ci se dilate alors sous les effets conjugués d’un Crozes Hermitage Alberic Bouvet 2006 et de la conversation piquante des jolies femmes qui nous accompagnent. Car ces dames ont de l’appétit – elles ne reculent pas devant un « Agneau de lait, févettes étuvées à la sarriette, frite de polenta » ou un « Suprême de pigeon au sang, cuisses confites et chou frisé » – du vocabulaire et du charme, nous accompagnant bravement jusqu’aux affres délicieuses du « Moelleux de châtaignes, espuma marron, crème glacée au whisky ». Nous en sommes restés sans voix.

A l’image de l’assiette, l’addition a su faire preuve d’une sacrée finesse : 363 € pour 6. On a failli se pincer. Je vous jure.

 

L’Escarbille
8, rue de Pontoise
92190 Meudon
Téléphone : 01 45 34 12 03
Fermé le lundi, le samedi midi et le dimanche soir
Menu à 44 €
Menu Carte Blanche (5 services) à 61 €

Comments

  1. Tout à fait mon style de cuisine ! Oui, je l’ai vu ce restaurant, je me rappelle avoir tournée la tête dans la voiture, Christian a habité Meudon, c’est ainsi que je me suis retrouvée passant par là….En mai, puisque nous retournons sur Paris, mais avec les enfants en plus cette fois-ci, j’irai bien m’y arrêter, histoire de me pincer aussi!

  2. L’extérieur à première vue ne donne pas forcément envie de s’y arrêter, mais quelle surprise en découvrant la salle(cf. photos Facebook) et le contenu de l’assiette.
    A vingt minutes de Paris en voiture, on aurait tort de s’en priver… merci Thierry.

  3. Geoffroy

    Tout le mérite à Tom&So !

  4. On y était également récemment et c’était une belle découverte, on s’est régalés de l’entrée au dessert, mi-classique mi-moderne, et cela donne envie d’y retourner.

  5. Duclos

    Une jolie salle, une belle décoration avec de belles photographies, un bon accueil, mais… une cuisine moyenne et des sauces tellement légères qu’elles n’ont pas de goût ! Le foi gras est sans saveur et les déserts idem. Je suis déçu et c’est bien dommage.

  6. jean-michel

    Ce qui nous a surtout plu,c’estl’accueil spontané et chaleureux de tout le personnel qui n’est absolument pas formaté.Quand la cuisine fine et goûteuse s’ajoute au plaisir d’être conseillés très professionnellement par les serveurs(qui décrivent à vous faire saliver les plats) et le sommelier (qui n’a pas honte de s’impliquer personnellement dans les conseils qu’il prodigue),eh!bien la soirée ne peut être que réussie!
    Bravo!

  7. j’ai eu l’occasion d’aller récemment dans ce restaurant, et la qualité est toujours au rendez-vous, comme le précise votre chronique !

  8. Eric LE FEBVRE

    Confidentiel par l’adresse et renommé par l’habileté, ce restaurant maintient avec constance l’équation plaisir de la table, art de recevoir et maîtrise de l’addition.
    Nous en avons fait avec des amis chers et lointains un lieu de retrouvailles.
    Une mention spéciale au suprême de pigeon.
    Réserver.

Submit a Comment